mardi 7 mai 2019

La liberté de manifester n'est déjà plus un droit à défendre, mais à reconquérir


La manifestation parisienne du 1er mai a été l’occasion, pour le pouvoir, de franchir un nouveau cap répressif. Une ville en état de siège, près de 18 000 contrôles préventifs, et des techniques de « maintien de l’ordre » qui apparaissent de plus en plus comme étant destinées à dissuader quiconque de revenir défiler dans la rue. À Paris et ailleurs, beaucoup se posent la question : pourra-t-on encore, demain, manifester en France ? (1)

Si la question peut paraître provocatrice ou excessive, elle est bel et bien dans l’air du temps, et l’on ne peut guère douter de la sincérité de celles et ceux qui (se) la posent, et des craintes bien réelles que ressentent un nombre croissant de gens qui n’osent plus descendre dans la rue alors que, dans un autre contexte, ils et elles viendraient grossir les rangs des manifestations du samedi… et des autres défilés revendicatifs. Contrôles préventifs, violences policières, utilisation d'armes mutilantes, condamnations judiciaires, législation anti-manifestation : force est de constater que ces éléments ne font pas que s’additionner, mais forment, ensemble, un système cohérent, dont la finalité, malgré l’affichage sécuritaire, n’est autre que de décourager le plus grand nombre de participer à des manifestations. 

Quelque chose a changé
La répression des manifestations n’est pas nouvelle. Mais les transformations qui se sont opérées ces dernières années, notamment depuis l’instauration de l’état d’urgence en novembre 2015, sont spectaculaires. À Paris, et dans bien d’autres villes, il semble ainsi bien loin, pour ne pas dire révolu, le temps des « manifestations familiales » du 1er mai, où l’on pouvait défiler sans risquer de se faire gazer ou charger à chaque instant, et où les stands des organisations politiques étaient des endroits où l’on pouvait se retrouver, se restaurer et discuter, et non des lieux de refuge (précaire) face aux agissements violents des policiers et gendarmes. 
Quelque chose a changé. L’autoritarisme est en marche, n’en déplaise à ceux qui nous répètent chaque semaine sur les plateaux des chaînes d’information que « la France est une démocratie » et qu’ « il ne faut pas tout mélanger ». On a parfois peur, ou honte, de (se) le dire, notamment lorsque l’on est militantE, mais il n’y a aucune raison de ne pas l’affirmer : la répression des manifestations a atteint un niveau sans précédent depuis le début des années 1960. Pour le formuler autrement : la quasi-totalité d’entre nous n’a jamais connu ça, et ça fait peur. Et lorsque l’on regarde le chemin parcouru au cours des 5 dernières années, on ose à peine imaginer ce que pourrait être la situation dans 5 ans si le rouleau compresseur n’est pas stoppé… 

« J’ai cru qu’ils voulaient nous tuer »
« Nous ne pouvons pas bouger et nous nous prenons de plein fouet la pression de la foule tentant d’échapper aux coups de matraque. Soudain je sens et j’entends ma cage thoracique craquer. Je hurle. Je pense que je vais mourir là, écrasée par la foule, à cause de cette stratégie policière criminelle » ; « On voulait juste éviter de se faire gazer, de se prendre un projectile. C’était complètement fou : tout le monde voulait échapper à ce que faisaient les forces de l’ordre ! » ; « Je n’ai jamais eu aussi peur dans une manifestation » ; « J’ai déjà vécu des moments difficiles en manif. Mais jamais à ce point-là. J’ai cru qu’ils voulaient nous tuer » : les témoignages recueillis par Bastamag (2) après la manifestation du 1er mai à Paris sont éloquents. Des milliers de personnes ont été prises dans une nasse géante, que les forces de répression ont, petit à petit, resserrée, gazant et matraquant à tout va, semant la panique et contraignant les gens à trouver refuge dans des commerces, des halls d’immeuble ou… la cour de la Pitié-Salpêtrière.
Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, les récits et les vidéos affluent, depuis Paris, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, Lyon, Marseille, Rouen… qui confirment que nous sommes confrontés à une politique nationale, coordonnée, assumée par le pouvoir. Une politique violente, à l’image de la brutalité des contre-réformes d’un gouvernement pour qui l’anéantissement des droits démocratiques est le corollaire logique et même, dans une certaine mesure, la condition de possibilité, de la destruction des droits sociaux. 

Crier au loup avant d’être dévorés
« Lorsque les fascistes reviendront, ils auront le parapluie bien roulé sous le bras et le chapeau melon. » Ainsi s’exprimait Georges Orwell, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, pour avertir que l’histoire ne se répète jamais à l’identique et que le fascisme, à l’instar de bien d’autres courants politiques, pouvait tirer les leçons du passé et muter, au moins en apparence, pour se démarquer formellement d’un héritage peu glorieux tout en conservant l’essentiel de ses caractéristiques. Il en va de même de l’autoritarisme, qui n’a pas besoin, pour se développer, d’instaurer le régime du parti unique, de mettre en place une police politique ou de jeter en prison l’ensemble de ses opposants.
Le pouvoir macronien ne peut évidemment pas être qualifié de fasciste, ce qui reviendrait à considérablement relativiser les singularités du fascisme, entre autres et notamment son obsession de la « régénération nationale » et de l’élimination des « dégénérés ». Mais l’affirmation selon laquelle, en France – comme dans bien d’autres « démocraties occidentales » –, l’autoritarisme est bel et bien en marche, est aujourd'hui difficilement contestable, à moins de vouloir s’accrocher à la métaphore-oxymore des « dérapages systématiques » ou d’oublier que la frontière entre quantité et qualité n’est pas étanche… « L'autoritarisme se traduit notamment par la primauté de l'exécutif et la restriction des libertés politiques », nous apprend le dictionnaire Larousse : une définition certes incomplète et peu dynamique, mais qui décrit une réalité dont les ressemblances avec le macronisme ne sont pas purement fortuites… 

Mensonges d’État
La multiplication des mensonges d’État, au cours des dernières semaines, est symptomatique de cette tendance. Là encore, dira-t-on, rien de bien nouveau. Mais on ne peut manquer de relever que, du cas de Geneviève Legay à la récente affaire de la Pitié-Salpêtrière, la récurrence de la dyade négation des violences policières-inversion de la culpabilité n'est pas accidentelle. Confronté aux évidences, le pouvoir nie, le pouvoir ment, en conscience et effrontément, symptôme de sa crainte de laisser apparaître la moindre faille et, surtout, succession de réitérations quasi-pavloviennes de sa solidarité inconditionnelle avec un appareil répressif duquel il est de plus en plus dépendant. Et l'on ne s'attardera pas ici sur cet autre indice qu'est le recours de plus en plus fréquent à une rhétorique toute orwellienne, par laquelle la guerre devient la paix, l'esclavage la liberté, l'ignorance la force et la répression la protection. (3)
Le développement de cet autoritarisme du 21e siècle n’est pas un accident de parcours. Répression policière, attaques contre la liberté de la presse et offensive contre les droits démocratiques font système, et sont un élément structurant du macronisme. Comme le soulignait Romaric Godin (4), la conviction de Macron et de ses proches de détenir la « vérité » en matière économique, à savoir la nécessité de « briser les compromis du passé et de soumettre le pays, pour son "bien", à l’ordre économique », couplée à la faiblesse de leur base sociale, légitime en effet à leurs yeux un contournement, voire une destruction des cadres démocratiques : « Puisque le président de la République connaît la vérité, sait quelle est la bonne voie pour la France, il a le devoir, pour le bien de la France, de mener le pays dans cette voie, contre le désir du pays lui-même. Il lui faut faire le bonheur de "son" peuple malgré lui. » 

Ni fatalisme ni relativisme
Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de France. La bonne nouvelle, c’est que des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes l’ont compris, qui refusent de tolérer l’intolérable, de plier face à la répression, de céder face à la stratégie de terreur du pouvoir. En retournant chaque semaine dans la rue et/ou en continuant de dénoncer les violences policières et la politique ultra-répressive du gouvernement, ils et elles font passer un message indispensable : « Nous continuerons de revendiquer, vous ne nous ferez pas taire ».
Mais le danger est bien là : celui de l’incorporation individuelle et collective de ces franchissements de cap et, partant, de la normalisation de l’intolérable. Ces processus sont malheureusement connus, par lesquels ce qui, hier encore, nous semblait inimaginable, devient petit à petit une norme, qui certes nous révolte, mais une norme tout de même. Sans tomber dans le fatalisme, il convient donc de combattre toute forme de relativisme : l’intolérable est là, et il y a urgence à ce que syndicats, associations, partis, collectifs, groupes de Gilets jaunes, et bien d'autres encore, s’unissent pour enrayer cette machine infernale. Pour la liberté de manifester, qui n’est déjà plus, aujourd’hui, un droit à défendre, mais à reconquérir. Avant qu'il ne soit vraiment trop tard.    

__________

(1) Une version courte de cet article est publiée dans l'Anticapitaliste, l'hebdomadaire du NPA (n°475). 
(2) Thomas Clerget, « "Tout le monde voulait échapper aux forces de l’ordre" : comment la machine policière a brisé la manif du 1er mai », 7 mai 2019, en ligne sur https://www.bastamag.net/Tout-le-monde-voulait-echapper-aux-forces-de-l-ordre-comment-la-machine
(3) Exemple parmi bien d’autres, ce post Facebook de Christophe Castaner le 4 février dernier, veille du vote en première lecture, à l’Assemblée, de la loi dite « anticasseurs » : « Comme citoyen et comme militant, comme élu, j’ai moi-même participé à bien des manifestations. Et demain, si le besoin s’en fait sentir, je compte bien recommencer. C’est parce que je connais la réalité des manifestations que je défends cette proposition de loi en confiance et en sérénité. » Sic. 
(4) Romaric Godin, « Les origines économiques de l’autoritarisme d’Emmanuel Macron », 4 février 2019, en ligne (payant) sur https://www.mediapart.fr/journal/france/040219/les-origines-economiques-de-l-autoritarisme-d-emmanuel-macron?onglet=full 

jeudi 28 février 2019

Antisionisme : le jeu dangereux d’Emmanuel Macron

« L’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme » : c’est ce qu’a déclaré Emmanuel Macron lors du récent dîner du CRIF, reconduisant un amalgame qu’il avait déjà effectué en juillet 2017 lors des commémorations de la rafle du Vél d’hiv. Un amalgame stupide et dangereux, qui pourrait conduire, même si Macron se défend de vouloir le faire, à une pénalisation de l’antisionisme. Article publié sur le site du NPA.
Les récentes déclarations de Macron concernant l’antisionisme s’inscrivent dans une plus vaste campagne d’instrumentalisation d’actes antisémites, dirigée en premier lieu contre le mouvement des Gilets jaunes, mais aussi contre les militantEs de la solidarité avec la Palestine et, plus globalement, contre la gauche radicale. 
Il aura ainsi suffi qu’un sinistre individu traite Alain Finkielkraut de « sale sioniste de merde » au cours d’une diatribe incontestablement antisémite pour que la désagréable musique amalgamant antisionisme et antisémitisme se fasse de nouveau entendre, du côté des soutiens inconditionnels d’Israël, mais aussi de celui de la majorité LREM et de quelques autres responsables politiques qui ne brillent guère par leur CV d’antiracistes.
Nous avons déjà évoqué dans nos colonnes, la semaine dernière (1), le cynisme et la dangerosité de l’instrumentalisation d’actes antisémites bien réels pour jeter l’opprobre sur un mouvement social dans son ensemble. La volonté de faire un lien direct entre anti­sionisme et antisémitisme procède de la même malhonnêteté intellectuelle, et recèle les mêmes dangers : désigner de faux coupables et affaiblir la lutte authentique contre l’antisémitisme. 
« Israël est une véritable ethnocratie »
La critique du sionisme est la critique d’une idéologie et d’une politique fondées sur une vision ethno-raciale des rapports sociaux qui a conduit l’État d’Israël à institutionnaliser les discriminations et l’oppression subies par les PalestinienEs au moyen de lois accordant des droits spécifiques (et supérieurs) aux Juifs. Ainsi, critiquer le sionisme et les structures discriminatoires de l’État d’Israël, ce n’est pas faire preuve de racisme mais, bien au contraire, refuser la légitimation de mécanismes institutionnels de hiérarchisation raciale.
Comme l’a récemment écrit l’historien Schlomo Sand, « tout un chacun qui se définit comme sioniste s’obstine à voir en Israël, au moins dans ses frontières de 1967, l’État des juifs du monde entier, et non pas une République pour tous les israéliens, dont un quart ne sont pas considérés comme juifs, parmi lesquels 21 % sont arabes. Si une démocratie est fondamentalement un État aspirant au bien-être de tous ses citoyens, de tous ses contribuables, de tous les enfants qui y naissent, Israël, par-delà le pluralisme politique existant, est, en réalité, une véritable ethnocratie, à l’instar de ce qu’étaient la Pologne, la Hongrie, et d’autres États d’Europe de l’Est, avant la Seconde Guerre mondiale. »
L’antisionisme n’a rien à voir avec la haine des Juifs
L’antisionisme n’a donc rien à voir avec la haine des Juifs, quand bien même certains courants et individus antisémites prennent prétexte du sort de peuple palestinien pour alimenter leur rhétorique nauséabonde. Mais leur pseudo « anti­sionisme » n’a en réalité rien à voir avec une critique politique du caractère structurellement discriminatoire de l’État d’Israël. Pour Soral, Dieudonné et consorts, l’« anti­sionisme » est une opposition à un sionisme imaginaire, qui serait une entité transnationale gouvernant le monde, avec une politique bancaire, une politique économique, une politique sociale, etc. En somme, une rhétorique complotiste et antisémite qui se sert de la question palestinienne pour déverser un discours de haine et de division, venue d’individus et de courants qui se contrefichent de la situation concrète des PalestinienEs.
En assimilant, d’une part, opposition au sionisme et, d’autre part, antisémitisme, Macron favorise en réalité, comme Valls l’avait fait avant lui (« Derrière l’antisionisme se cache l’antisémitisme »), l’amalgame qu’il prétend combattre. Il se place en effet sur le même terrain que la vermine antisémite : celui de la confusion volontaire entre « juif », « sioniste » et « israélien ». Un jeu de miroirs malsain, au moyen duquel se répondent, en se nourrissant, des courants antisémites et certains des partisans les plus acharnés d’Israël… Un jeu particulièrement dangereux, auquel nous nous opposerons de toutes nos forces, au côté des authentiques antiracistes, qui ont bien compris que les instrumentalisations en cours ne peuvent qu’affaiblir l’ensemble des combats contre les discriminations et contre tous les racismes, y compris l’antisémitisme. 

dimanche 24 février 2019

Combattre l’antisémitisme, sans complaisance et sans arrière-pensées

La lutte contre l’antisémitisme est une question sérieuse, trop sérieuse pour être laissée aux pompiers pyromanes et aux professionnels de l’instrumentalisation. Telle est la double leçon que l’on peut déjà tirer de la séquence en cours, qui voit se mêler une succession d’intolérables actes antisémites, des indignations nécessaires et légitimes, mais aussi des manœuvres grossières, dont le cynisme n’a d’égal que la dangerosité, qui desservent profondément le combat antiraciste. Article publié sur le site du NPA.
Le 11 février, le ministère de l’Intérieur publiait une statistique inquiétante, indiquant que les actes antisémites étaient en nette progression pour l’année 2018, comparativement à l’année 2017 (+74%). Un chiffre qui a, à juste titre, frappé les esprits (1), de même que plusieurs autres événements concomitants de la publication de ces données : inscription « Juden » sur la vitrine d’un magasin Bagelstein à Paris, saccage des arbres plantés en souvenir d'Ilan Halimi, croix gammées sur des portraits de Simone Veil. À ceux qui en doutaient, cette actualité est venue rappeler que l’antisémitisme n’est pas un démon du passé, mais un mal de notre temps, et qu’il est hors de question de baisser la garde face au poison raciste. 
De l’indignation légitime aux manœuvres politiciennes
La légitime indignation a toutefois été rapidement accompagnée de manœuvres pour le moins grossières, qui confirment que nombre de soldats de la Macronie ne reculent devant aucune dégueulasserie pour stigmatiser leurs opposantEs. Quelques heures après la découverte du tag du Bagelstein, Benjamin Griveaux tweetait ainsi : « En 24h donc : incendie contre le domicile de Richard Ferrand, attaque contre l’assemblée nationale et actes antisémites. » Comprendre : la faute aux Gilets jaunes. Et d’autres de lui emboîter le pas, alors que le tag avait été réalisé la veille de la manifestation, que le restaurant n’était pas sur le trajet de cette dernière, et que son gérant lui-même se refusait à pointer les Gilets jaunes. 
Mais la machine était lancée, et les propos tenus par des manifestantEs une semaine plus tard à l’encontre d’Alain Finkielkraut ont donné un coup d’accélérateur à la sinistre opération d’instrumentalisation. Disons-le tout net : contrairement à d’autres, nous n’avons aucun doute sur le fait que Finkielkraut a bel et bien été l’objet d’une agression antisémite. « Barre-toi, sale sioniste de merde ! »« Rentre chez toi en Israël ! »« La France elle est à nous ! », « Nous sommes le peuple français » : mises bout à bout, ces paroles ne laissent aucune place à la relativisation ou à l’euphémisation, et indiquent que l’emploi du terme « sioniste » n’est ici qu’un substitut au mot « juif », et non une caractérisation politique. Preuve supplémentaire que, même si elles ne sont pas représentatives du mouvement des Gilets jaunes, les idées haineuses des extrêmes droites sont bien présentes dans ce dernier, et doivent être dénoncées et combattues sans aucune complaisance. Rien ne saurait en effet justifier une quelconque indulgence, et surtout pas l’argument – non dénué de condescendance – selon lequel il ne faudrait pas se « couper » des classes populaires et de leurs préjugés – réels ou supposés.
Pour un combat authentiquement antiraciste
Un tel combat ne saurait se confondre avec les lamentables généralisations abusives et indignes tentatives d’amalgames qui ont suivi « l’affaire Finkielkraut », contre le mouvement des Gilets jaunes, contre « l’extrême gauche », contre les « islamo-gauchistes », contre les militantEs de la solidarité avec la Palestine, etc (2). Des cibles désignées par le pouvoir et ses soutiens, par la cohorte des intellectuels réactionnaires, mais aussi par la droite dite « républicaine » et l’extrême droite, cette dernière étant au passage – sinistre signe des temps – épargnée par les critiques et même conviée par Olivier Faure, sans invitation officielle au RN, à se joindre au rassemblement organisé à Paris le 19 février. 
Au-delà de ces lamentables amalgames, on a le droit d’être dubitatif quand on voit aujourd’hui certains délivrer des brevets d’antiracisme, alors même qu’ils pratiquent des politiques inhumaines à l’égard des migrantEs et que toutes leurs politiques antisociales nourrissent le fumier sur lequel prospèrent tous les racismes. Et l’on n’oublie pas ceux qui ont multiplié les propos contre les musulmanEs ou les Rroms, et ont mis en œuvre des mesures racistes, au travers notamment des actions de prétendu « maintien de l’ordre » dans les quartiers. 
Et c’est justement parce que la lutte contre l’antisémitisme est une chose trop importante pour être laissée aux opérations de récupération que le NPA a décidé de ne pas associer sa voix à celles de ces pompiers pyromanes, aussi hypocrites que dangereux, et de signer l’appel « Contre les actes antisémites, contre leur instrumentalisation, pour le combat contre toutes les formes de racisme », lancé notamment par des militantEs et forces de l’antiracisme politique, dont l’Union juive française pour la paix. La haine raciste n’a rien à faire dans nos luttes, et doit être implacablement combattue. Un combat qui ne pourra être gagné que s’il est mené sans arrière-pensée politicienne, sans mise en concurrence des racismes, sans complaisance à l’égard des extrêmes droites. Un combat authentiquement antiraciste. Tant qu’il le faudra. 
(1) Pour comprendre ce chiffre et ne pas céder au sensationnalisme, ces données brutes nécessitent d’être analysées. Lire notamment Jérôme Latta, « Actes antisémites: un pourcentage est-il une information ? », blog Mediapart, 14 février 2019.(2) Lire à ce sujet : « Antisionisme : le jeu dangereux d’Emmanuel Macron »

vendredi 11 janvier 2019

Vous avez dit "violence légitime" ?

"Dans un État démocratique républicain, le monopole de la violence légitime, c’est celle des policiers et des gendarmes."
Entendre cet idiot nuisible qu'est Gérald Darmanin s'essayer à citer (approximativement) le sociologue Max Weber a quelque chose de tragique, de pathétique et de réjouissant à la fois.
Tragique car malheureusement Darmanin, comme bien d'autres responsables politiques et intellectuels pour médias, illustre la fuite en avant autoritaire en cours, dont on ne sait pas où elle va s'arrêter, alors qu'elle s'est déjà traduite par des milliers de blessé·e·s, des dizaines de mutilé·e·s, des milliers d'arrestations préventives, des centaines de condamnations, et désormais un projet de loi "anticasseurs" qui va restreindre encore un peu plus la liberté de manifester.

Pathétique car visiblement ces gens ne se rendent pas compte que le fait d'en faire autant sur le thème de "l'affirmation de l'autorité de l'État" est un aveu, en creux, de... perte d'autorité. Darmanin n'a de toute évidence pas lu et/ou pas compris Weber, qui écrivait que l'État est une communauté qui "revendique avec succès pour son propre compte le monopole de la violence physique légitime". La légitimité ne se proclame pas, elle repose sur un accord tacite, un consentement, une adhésion, et répéter "Nous sommes légitimes" a autant de consistance que de proclamer "Je suis quelqu'un en qui il faut avoir confiance" ou "Je suis quelqu'un qu'il faut aimer".
Réjouissant car ce type de "rappel à l'ordre" est l'une des expressions les plus visibles de la fébrilité qui a gagné, ces dernières semaines, les cercles du pouvoir, devant l’accélération de l'érosion de la légitimité non seulement du gouvernement mais aussi des institutions de la 5e République. En effet, la question de la "violence légitime" n'est pas une mince affaire, car elle concerne l'un des attributs essentiels, sinon l'attribut essentiel, de la structure de domination qu'est l'État. Et depuis plusieurs semaines, c’est bel et bien la légitimité de la violence des forces de répression qui est remise en question, à une échelle qui dépasse de très loin les cercles habituels. La popularité maintenue du mouvement des Gilets jaunes, malgré la mise en scène politico-médiatique des violences commises lors des manifestations, est l'autre expression de ce changement notable d’atmosphère, sans même parler de l’élan de sympathie, au sein du mouvement des Gilets jaunes, autour du "Gilet jaune boxeur". Les "violences" des manifestant·e·s, si elles ne sont pas nécessairement applaudies, sont de plus en plus acceptées, et donc considérées comme ayant une (part de) légitimité.
Alors certes, il n'y a pas (encore) de basculement global, et l'adhésion au "discours de l'ordre" a la vie dure. Mais il est, de toute évidence, en train de se passer quelque chose, et il serait dommage de s'arrêter en si bon chemin.