dimanche 3 décembre 2017

Ramadan, Mediapart, Charlie, Valls et les autres : le fond de l’air est sale


« Nous faisons tous partie d'un continent et chaque fois que tu entends sonner le glas, ne demande pas pour qui il sonne, il sonne pour toi. »

__________

Un ancien Premier ministre, en mal de notoriété, qui évoque « le problème de l'islam, des musulmans » et qui souhaite que « l’islam sorte d’une forme de Moyen-âge » ; un directeur de journal, engagé dans la lutte contre l’islamophobie, accusé par l’un de ses « confrères » d’être « le troisième frère Kouachi, les meurtriers de "Charlie" » ; un académicien, philosophe pour médias, qui avance que « l’un des objectifs de la campagne #balancetonporc était de noyer le poisson de l’islam » ; le président d’une association se revendiquant antiraciste qui déclare que « quand il n’y a plus un enfant juif dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis, c’est la conséquence de l’islamo-gauchisme ». 

Bienvenue en France, en cette fin d’année 2017.

Une crise monstrueusement normale 

Cette liste non exhaustive a été établie en observant le « débat public » au cours des deux dernières semaines. Certains feront remarquer que cette quinzaine a été particulièrement « riche », et qu’il serait malhonnête de la considérer comme un moment « habituel ». S’il faut certes reconnaître que nous venons de traverser – et traversons encore – ce qu’il est convenu de nommer une crise, il n’en demeure pas moins que cette dernière a agi, à l’instar de toutes les crises, comme un révélateur – au sens photographique du terme – et un amplificateur de phénomènes qui étaient déjà-là. Elle n’est pas, dès lors, exceptionnelle, mais monstrueusement normale. Un de ces épisodes d’emballement politico-médiatique au cours desquels la violence parfois inhabituelle de certains propos ne doit pas nous faire oublier que, dans le champ idéologique comme ailleurs, « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens ». 

L’emballement s’est notamment nourri d’un supposé conflit entre Mediapart et Charlie hebdo, et l’on ne dénombre plus les articles et tribunes tentant de réduire la dernière crise à un affrontement entre ces deux journaux, voire entre leurs principaux responsables : Edwy Plenel et Riss. Certains ont tenté d’élargir le propos en objectivant deux pôles politiques, qui s’incarneraient dans ces deux médias, au risque de schématiser, réduire, caricaturer les débats, jusqu’à frôler le ridicule en les circonscrivant à une « fracture née il y a plusieurs années au sein de la gauche française » (Le Monde) ou à un conflit entre « deux gauches irréconciliables » (Libération et le Figaro). On se demande bien, en effet, quel est le rapport entre d’une part, la ou les gauche(s) et, d’autre part, Frantz-Olivier Giesbert, du Point, Eugénie Bastié et Alexandre Del Vecchio, du Figaro, ou encore Christophe Barbier, de l’Express… Nous y reviendrons.

Mise en scène d’un affrontement 

Corollaire de cette scénarisation d’un affrontement entre deux « camps », récit binaire idéal pour éditorialiste paresseux et responsable politique sans idées (ou l’inverse), la mise en avant d’une « ligne de fracture », de part et d’autre de laquelle tout un chacun serait positionné ou, le cas échéant, sommé de le faire. Comble de l’originalité, c’est le rapport à la « laïcité » qui a été convoqué pour tracer la frontière entre les deux « camps » : « Derrière la virulence des échanges entre ces deux médias autour de la figure de Tariq Ramadan, s’expriment deux visions de la laïcité devenues au fil des années irréconciliables » (le Parisien) ; « Derrière la querelle entre "Charlie" et "Mediapart", une guerre entretenue autour de la laïcité » (20 minutes) ; « La querelle entre les deux médias s'est réveillée ces deux dernières semaines. Si ce désaccord ne date pas d'hier, il oppose toujours deux visions de la laïcité » (LCI). 

Fait notable, la « laïcité » n’a toutefois pas servi longtemps de cache-sexe : de Libération (« deux gauches irréconciliables sur les questions liées à l’islam ») au Monde (« une violente querelle idéologique sur fond de rapport à l’islam »), c’est la religion musulmane qui a directement été évoquée. Ce qui est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Une bonne nouvelle car cette substitution confirme une bonne fois pour toutes ce que nous sommes nombreux à dénoncer depuis de longues années : les débats récurrents sur la « laïcité » sont en réalité l’expression d’une obsession française vis-à-vis de l’islam. Une mauvaise nouvelle car l’évocation des « questions liées à l’islam » ou du « rapport à l’islam », dans un contexte général d’amalgames entre « islam », « intégrisme islamique », « jihadisme » et « terrorisme », et dans le cadre particulier d’une mise en scène manichéenne, tend à renforcer les confusions… et ceux qui s’en nourrissent.

Misère du raisonnement par capillarité 

Si les outrances de Manuel Valls ont pu trouver toute leur place dans le « débat », au point que l’ancien Premier ministre soit sur-sollicité par les médias pour les exprimer, c’est précisément parce qu’elles expriment la quintessence de ce « débat » biaisé et binaire. Manuel Valls incarne de manière crue la violence, la vulgarité et, il faut le dire, la nullité des « arguments » de tous ceux qui ont participé, d’une façon ou d’une autre, à la violente charge contre Mediapart. N’oublions pas que ce qui sert d’ « argument » à Valls et aux autres croisés est la supposée bienveillance du journal à l’égard de Tariq Ramadan, et donc son indulgence présumée à l’égard de l’intégrisme islamique, et donc sa prétendue complaisance vis-à-vis du jihadisme, et donc sa complicité avec le terrorisme. Tant d’acuité intellectuelle et de rigueur dans le raisonnement donne le vertige… 

On reconnaît ici la méthode du raisonnement par capillarité : A a déjà croisé B ; or B a écrit un article sur le même site internet que C ; or C a signé une pétition de soutien à D ; or D a parlé avec E ; or E n’a jamais condamné clairement F ; donc A=F. Une méthode, chère à Caroline Fourest, dont on a déjà eu l’occasion de démontrer à quel point elle permettait de faire dire absolument n’importe quoi à la réalité sous l’apparence de l’argumentation logique. En l’appliquant à Caroline Fourest elle-même, j’avais ainsi pu établir que celle-ci œuvrait à l’élimination des MusulmanEs, considérés comme une maladie, qu’elle estimait que les étrangers étaient des voleurs malodorants, qu’elle soutenait l’éradication physique du peuple palestinien, que son projet politique était l’autoritarisme et, last but not least, qu’elle était complaisante à l’égard de l’antisémitisme, du révisionnisme et du négationnisme : toutes les preuves sont ici. 

Arrière-fond identitaire

Le caractère irrationnel des outrances de Valls – et de quelques autres –, au sens où elles échappent à toute logique fondée en raison, ne doit toutefois pas occulter la rationalité politique qui les sous-tend. Elles sont en effet l’expression d’une dangereuse vision du monde, cohérente et, surtout, partagée, à des degrés divers, par des forces politiques et sociales autrement moins marginales que l’ancien Premier ministre. La crise actuelle et l’écho médiatique de la pathétique croisade de Valls participent en effet, en dernière analyse, de la montée en puissance des discours identitaires, dans leurs versions de « gauche » comme de « droite ». Et c’est bien parce que l’enjeu n’est pas une querelle entre « deux gauches » que les Barbier, Polony, Giesbert, Bastié, Zemmour, Finkielkraut et autres Bruckner, peu connus pour leurs affinités gauchistes, se sont lancés dans la bataille et ont largement contribué à polariser le « débat ».

On aurait ainsi tort d’oublier que l’élément déclencheur de cette crise est le phénomène de libération de la parole des femmes au sujet des violences sexuelles, consécutive aux révélations du New York Times et du New Yorker au début du mois d’octobre. Certains ont déjà souligné, à juste titre, que « l’affaire » Ramadan avait été instrumentalisée par des islamophobes patentés dans le but d’alimenter encore un peu plus la stigmatisation collective des musulmanEs, faisant passer la parole des femmes au deuxième, voire au troisième plan, y compris celle des victimes présumées de Tariq Ramadan, et qu'il était dès lors urgent et impératif de remettre celle-ci au premier plan en combattant toute instrumentalisation raciste. Un autre phénomène a été peu souligné, qui mérite que l'on s'y arrête : on retrouve parmi les accusateurs de Plenel nombre d’individus qui, « en même temps », remettent en question la libération de la parole des femmes elle-même, dénonçant la « délation » ou le « puritanisme », et vantant la « séduction » ou la « virilité ».

Noyer le poisson des violences faites aux femmes en France

Cette coïncidence n’en est pas une. La stigmatisation des musulmanEs participe en effet de la défense d’une prétendue « identité française », au nom de l’opposition entre un « nous » et un « eux » appuyée sur une instrumentalisation des questions féministes : « ils » maltraiteraient les femmes tandis que « chez nous » les femmes seraient libres. Un soi-disant « féminisme », selon lequel la domination masculine ne s’exercerait pas dans l’ensemble des sphères de la société mais seulement chez certaines catégories de la population (les MusulmanEs) et dans certains lieux (les quartiers populaires). On se souviendra ainsi de la récente indignation d’Elisabeth Badinter (« Allez mettre une jupe dans certains quartiers ! ») , exemplaire de cette volonté de circonscrire les phénomènes d’oppression des femmes à certains groupes sociaux. Un « cri d’alarme » largement relayé par les mêmes qui aujourd’hui remettent en cause le phénomène de libération de la parole…

Pour les tenants du fantasme d’une identité française menacée par l’homme musulman sexiste, la dynamique #MeToo est insupportable : elle confirme en effet que le sexisme n’est pas un corps étranger mais un élément structurant des rapports sociaux en France, quelle que soit la classe sociale, le lieu de résidence ou l’appartenance culturelle – réelle ou supposée. L’ampleur du phénomène #MeToo démontre que la domination masculine est omniprésente, entre autres dans les sphères de pouvoir, ôtant tout caractère exceptionnel aux « quartiers » et à leurs habitantEs. « L’affaire » Ramadan, devenue rapidement « affaire » Plenel-Mediapart, a dès lors été une bouffée d’oxygène pour ces identitaires étouffés : pour paraphraser Alain Finkielkraut, l’un des objectifs de la campagne #balancetonPlenel était de noyer le poisson des violences faites aux femmes dans toute les sphères de la société française. 

À équidistance des sorcières et de ceux qui les chassent ?

Une crise est, selon le Trésor de la langue française, « un ensemble de phénomènes pathologiques se manifestant de façon brusque et intense, mais pendant une période limitée, et laissant prévoir un changement généralement décisif, en bien ou en mal, dans l'évolution de la maladie ». Cette définition médicale, qui a précédé ses déclinaisons économiques et politiques, éclaire le récent emballement autour du supposé affrontement entre Charlie hebdo et Mediapart : loin d’être un simple règlement de comptes entre deux journaux ou un débat fratricide à gauche, la pièce qui vient de se jouer sous nos yeux est la manifestation « brusque et intense » de la puissance de la réaction identitaire, et de sa violence intrinsèque. Les outrances à répétition, qui se poursuivent aujourd'hui même si elles sont moins visibles, ont un but : faire taire celles et ceux qui, musulmanEs ou non, refusent la rhétorique civilisationnelle, et étouffer toute mobilisation qui fissurerait les mécanismes de domination raciste et/ou patriarcale.

Lorsque la droite radicale vole au secours d’une prétendue « gauche laïque », et que cette dernière refuse de se démarquer explicitement de ces soutiens, endossant avec une naïveté feinte le rôle de visage présentable de la réaction, le rôle des progressistes n’est pas de se réfugier dans le silence ou de se positionner au-dessus de la mêlée, à équidistance des sorcières et de ceux qui les chassent. La nécessité de l’unité la plus large face au rouleau compresseur néolibéral ne peut servir de prétexte à un aveuglement devant l’ampleur de la menace identitaire et au degré de pénétration de ses thématiques au sein même de la gauche, qui finiront, faute de riposte organisée, par touTes nous emporter. Car il y aura d’autres crises, encore plus brutales, et la liste des « islamistes », « islamo-gauchistes » et autres « complices du terrorisme » va continuer à s’allonger, y compris au sein de secteurs qui pensent aujourd'hui, à tort, pouvoir être épargnés. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés. Faites preuve de patience... Les commentaires injurieux ou à caractère raciste ne seront pas publiés.